SEO et stratégie de contenu

Sans stratégie de contenu, difficile de mettre en œuvre les pratiques modernes d’inbound marketing. Mais à quoi sert de produire des contenus si personne ne les trouve sur internet ?

L’intégration d’une démarche SEO dans la stratégie de contenu est donc indispensable pour obtenir de vrais résultats.

3 critères essentiels de l’optimisation SEO à intégrer dans une stratégie de contenu.

1 – La qualité du contenu éditorial

C’est une lapalissade peut être et c’est une bonne nouvelle : la qualité du contenu est essentielle, autant pour le lecteur que pour les moteurs de recherche !

En effet, l’obsession des moteurs de recherche est simple : identifier les contenus les plus justes et les plus riches pour répondre à une question posée. Pour cela, leurs algorithmes sont de plus en plus sophistiqués et intelligents pour détecter la valeur de chaque contenu et qualifier les meilleures réponses. 

Pour pouvoir être bien « noté » par Google, il faut donc répondre aux trois critères utilisés par le moteur de recherche pour définir la qualité d’un contenu : pertinence, intelligibilité et réputation.

la pertinence du contenu est associée à sa richesse sémantique : en abordant les différents concepts liés à un sujet particulier on apporte en effet une information d’autant plus complète et utile au lecteur. Cela signifie qu’il faut établir une liste des concepts de référence (les sujets traités qui seront des mots clés principaux) et des concepts complémentaires (le vocabulaire associé traduit en mots clés secondaires). Cette liste constitue le lexique de référence avant de démarrer la production des contenus. 

– l’intelligibilité du contenu est mesurée par la qualité de sa présentation : c’est à dire la structuration du texte en paragraphes organisés, avec l’emploi pertinent de titres, sous-titres et chapô, et la mise en avant des mots importants en caractères gras, de la manière dont les journalistes travaillent dans la presse depuis toujours. Le cahier des charges de production de tout contenu devra intégrer ces quelques règles simples de présentation et de structuration de texte.

la réputation du contenu est liée au nombre de liens entrants et sortants : en citant en particulier les sources de référence, les liens sortants fournissent une information complémentaire au lecteur. Les liens entrants sont les plus importants parce qu’ils représentent la valeur accordée à votre contenu par les autres éditeurs – évidemment plus ces références externes proviennent de sites très connus, plus votre position d’expert reconnu sera grande.

Si les deux derniers critères vont être traités au moment de la production, intégrer une analyse sémantique dans la stratégie de contenu est donc indispensable.

{{cta(‘f6a2bcf6-d180-4f28-bfaa-ee32068872d7’)}}

2 – Le choix des mots clés

L’analyse sémantique doit évidemment être orientée SEO car la performance effective d’un mot clé (ou d’une séquence de mots clés) repose sur 2 critères essentiels à prendre en compte : le potentiel et la réelle faisabilité du positionnement.

Le potentiel du mot clé : il correspond à la réalité de l’intérêt pour ce mot – concept, solution ou problématique. La question à se poser est ici : quel est le volume de recherches correspondant à ce mot clé ou combinaisons  de mots clés dans Google ? Trop souvent on définit des mots clés par rapport à une vision interne de son offre et de ses cas d’emploi. Une analyse SEO renseigne précisément sur les recherches réellement effectuées dans Google, et propose les alternatives ou synonymes les plus porteurs – qui seront sources de volumes plus importants.

La faisabilité du positionnement : c’est à dire la capacité d’être effectivement positionné sur ce ou ces mots clés. Si le nombre de réponses disponibles pour un mot clé est trop élevé, la possibilité d’être visible dans les premières réponses sera extrêmement faible – ou coûtera énormément de temps et de ressources.

Pour être efficace, tout est donc une question d’équilibre : il faut à la fois s’appuyer sur des mots clés suffisamment recherchés, mais pour lesquels on a réellement une chance d’apparaître dans les premières réponses. On sait que les internautes ne regardent plus que les 3 ou 6 premiers résultats d’une recherche, en tous cas qu’ils vont rarement au delà de la première page. Si les mots clés identifiés font l’objet de trop de concurrence, votre contenu ne sera jamais visible et vos efforts de production resteront lettre morte. Mieux vaut sélectionner des mots clés plus spécifiques avec un potentiel peut être plus réduit mais pour lequel il sera possible d’être dans les 3 premiers résultats de recherche.

Une analyse sémantique orientée SEO permettra de valider une liste de mots clés préétablie, en identifiant l’ensemble du vocabulaire associé, et en dégageant les synonymes les plus pertinents, source de trafic sur le site. Ainsi on aura un lexique de référence optimisé avant la mise en production des contenus.

3 – Une plateforme de publication optimisée

Enfin, tous ces efforts ne seront couronnés de succès que si le contenu est correctement publié dans des plateformes adaptées, site web ou blog : cela signifie une structure de données bien organisée, avec les titres et sous-titres pertinents et placés judicieusement, et tous les éléments techniques correctement définis (balises H&, H2, H3, etc.). 

Pour en savoir plus sur le SEO et l’optimisation du référencement, lire le livre d’Olivier Andrieu, SEO zéro euro.

Alors que la production de contenu mobilise de nombreuses ressources, intégrer le SEO dès la stratégie de contenu permet de garantir les résultats, et donc d’augmenter durablement le retour sur investissement d’une telle initiative.

{{cta(’62b02665-9dc5-4a93-9e59-2c2bc2dc97a2′,’justifycenter’)}}

 Sur le même sujet, voir aussi :

   

16 janvier 2017